Portrait de Romain
Laitier Les 300&bio, Ille-et-Vilaine (35)

Défilez vers le bas pour découvrir

Présentez-nous votre ferme

L’exploitation familiale est située à 10km de Vitré en Ille-et-Vilaine où je suis associé avec mon père. Nous disposons d’environ 100 hectares de terres dont 8,5 hectares sont consacrés à la culture du maïs, le reste sont des prairies. Grâce à notre terroir, nous avons la chance de subvenir aux besoins alimentaires de nos 100 vaches en parfaite autonomie. Nous n’achetons pas d’autres céréales, il nous arrive même de vendre notre fourrage.
Notre conversion est très récente, l’exploitation est certifiée bio depuis juin 2018.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier d’éleveur bio ?

Cela va peut-être vous surprendre mais je suis passionné par les systèmes herbagers. Je fais partie d’un groupe de réflexion autour de l’herbe. Nous avons 5 à 6 thèmes par an et des intervenants viennent nous former. Nous partons également sur le terrain dans des pays étrangers pour découvrir de nouvelles pratiques.
Avec le bio, j’ai l’impression de revenir aux sources de l’agriculture, de retrouver les pratiques de mes grands-parents mais ce n’est pas pour autant que je vis dans le passé, j’aime les challenges techniques et je crois beaucoup notamment aux progrès de la robotisation.

Qu’apporte pour vous le robot de traite ?

J’ai deux robots de traite et j’ai mis en place un système très précis, qui permet à mes vaches d’être particulièrement autonomes. Chaque jour, je choisis pour mes vaches une parcelle jour et une parcelle nuit, avec exactement la bonne quantité d’herbe (je le mesure à l’œil !) pour qu’elles reviennent naturellement à la traite. De mi-mars à mi-novembre, elles sont jour et nuit dehors et les parcelles changent tous les jours. Mais cela ne m’empêche pas de les connaître par cœur ! Grâce aux robots, je repère celles qui ont de la température, celles qui sont en chaleur, celles qui sont en retard et qui ont donc peut-être un problème. C’est mon œil en plus !

La raison pour laquelle vous avez rejoint la coopérative ?

Depuis le lancement de son exploitation mon père a toujours été dans cette coopérative. Nous nous y sentons bien, j’ai l’impression d’être mieux servi que dans le privé.

Pourquoi le choix du bio ?

Durant mes études j’ai eu la chance de faire la plupart de mes stages dans des exploitations bio. Je trouve cela beaucoup plus intéressant car c’est plus technique, l’agriculture bio nécessite beaucoup de réflexion : c’est ça qui a motivé ma conversion. Nos pratiques en agriculture conventionnelle étaient déjà proches du système bio, cela n’a pas été très compliqué de convaincre mon père.
Par ailleurs mon organisation me permet d’avoir un bon rythme de vie. Je commence vers 8h00 et je termine ma journée vers 18h30 et je ne travaille que quelques heures un week-end sur deux.

Qu’auriez-vous envie de faire pour aller plus loin dans le bio ?

A terme, je souhaiterais avoir une exploitation à l’irlandaise, 100% d’herbe et sans maïs. Cela me permettrait notamment de consommer encore moins de fioul et d’énergie.

VOTRE INGrédient secret pour le bien-être de vos vaches ?

Comme dans les autres exploitations biologiques, mes vaches sont moins poussées. Elles produisent moins de lait mais cela réduit considérablement leurs petits soucis de santé. De temps en temps il arrive que l’une de nos vaches attrape une mammite, dans ce cas je leur administre un mélange d’huile essentielle. J’ai suivi pour ça une formation de 15 jours qui me permet d’adapter le traitement à chaque vache.

Ce que vous faites quand vous ne vous occupez pas de vos vaches ?

J’adore voyager ! Avant d’être dans l’exploitation avec mon père, j’ai travaillé en Australie dans une ferme de 500 vaches puis je suis parti 6 mois en Amérique du Sud avec mon sac à dos. J’ai été également formateur pour jeunes en réinsertion à la Réunion pendant 2 ans, j’avais 10 chèvres et je devais leur apprendre le métier d’agriculteur. J’adore former les jeunes !
J’ai voyagé aussi à Madagascar, en Bolivie, au Pérou, en Colombie, en Hongrie, en Guyane, à New-York, et en Irlande deux fois … J’arrive à avoir 4 semaines de vacances par an et des week-end prolongés ce qui ne me laisse pas mal de temps pour les voyages.

J’aime aussi le théâtre et le poker.

Si vous deviez décrire votre personnalité en un mot ?

Je pense être une personne joviale et optimiste !

Quelle est la valeur la plus importante pour vous ?

Croire en soi-même.

Quelle est votre devise ?

« Aller au travail en sifflant, être tranquille et y aller l’esprit léger»

Quel est votre produit préféré ?

J’ai un faible pour la crème dessert à la vanille mais j’aime aussi beaucoup les brassés mangue-ananas.

découvrez Nos
produits
Découvrir