PORTRAIT de Benoît
Laitier Les 300&bio, Loire-Atlantique (44)

Défilez vers le bas pour découvrir

Présentez-nous votre ferme

Notre ferme se situe en Loire-Atlantique à 30km au nord de Nantes. Elle fait 120ha dont 15ha sont consacrés au maïs et tout le reste sont des prairies : cela nous permet de produire plus de 98% de la nourriture de nos vaches sur nos terres.
La ferme se compose de 75-80 vaches à la traite et 50 génisses. Je travaille avec 1 associé, mon frère, ainsi qu’un salarié 1 weekend sur 3.

Quel est votre parcours ?

Je me suis lancé en tant qu’éleveur en 2015 avec mon frère. Avant cela, j’étais conseiller en nutrition animale dans un cabinet indépendant.

J’ai toujours voulu devenir agriculteur ! J’ai d’abord travaillé pendant 6 ans avant de m’installer dans ce nouveau domaine. Je voulais attendre mes trente ans mais l’opportunité s’est présentée plus tôt. Je me suis donc associé avec mon frère qui travaillait dans les ressources humaines, puis nous nous sommes installés dans une ferme déjà bio depuis 2010.

Le choix du bio était évident que ce soit d’un point de vue éthique tout d’abord mais aussi environnemental. De plus, j’ai pu au cours de mes précédents emplois échanger avec des éleveurs bio et leur côté optimiste et positif a fini de me convaincre.

Qu’auriez-vous envie de faire pour aller plus loin dans le bio ?

Avec mon frère, nous mettons déjà en place des actions pour aller plus loin que le cahier des charges biologique. Tout d’abord pour le sevrage des veaux, le cahier des charges bio indique une durée de 3 mois minimum mais nous préférons adopter le système du « lait 6 mois », dans lequel les veaux sont nourris au lait entier jusqu’à 6 mois.

Pour aller plus loin dans la démarche bio et environnementale, nous trions et amenons tous nos déchets dans des centres de collecte (sacs, contenants de produits d’hygiène pour les vaches etc…).

Par ailleurs, à l’avenir je souhaiterai supprimer le labour avant les implantations de maïs afin de mieux respecter la structure et la vie microbienne du sol.

Votre ingrédient secret pour le bien-être de vos vaches ?

Notre philosophie est de ne pas pousser nos vaches, elles donnent le lait qu’elles peuvent donner.

Pour réguler la flore intestinale de nos vaches et limiter les parasites, nous utilisons des complexes d’huiles essentielles à l’automne. Notre astuce pour une efficacité optimale est de les donner à la pleine lune.

Ce que vous faites quand vous ne vous occupez pas de vos vaches ?

Avec mon frère, nous nous forçons à terminer notre journée de travail à 18h, ce qui laisse du temps à consacrer à nos familles respectives. J’arrive à poser 6 semaines de vacances par an et j’aime voyager. Grâce à un roulement entre mon frère et notre salarié, nous travaillons chacun 1 weekend sur 3 seulement.

Si vous deviez décrire votre personnalité en un mot ?

Joyeux et optimiste, rarement déçu et souvent de bonne humeur.

Quelle est la valeur la plus importante pour vous ?

L’ouverture d’esprit, la tolérance.

Quelle est votre devise ?

« Je n’ai pas le temps pour être malheureux, la vie est trop courte pour cela »

Pourquoi avoir adhéré au concept des 300 & Bio ?

Parce qu’il était intéressant pour moi de valoriser ma production d’une manière plus fine, expliquer mon travail… Il nous manquait une valeur ajoutée à nos produits et je trouve ça noble de se faire connaître auprès du consommateur de cette manière. Je veux montrer que nous sommes heureux de travailler pour Les 300 & Bio, et ainsi donner plus de visibilité aux consommateurs, et pourquoi pas les accueillir pour montrer notre implication.

Quel est votre produit préféré ?

Mon produit préféré est le yaourt à la grecque !

découvrez Nos
produits
Découvrir